---- Blank Social Media -------- -- End Blank Social Media -------

Dans de nombreux ouvrages abordant la sexualité éthérique, cette sexualité qui s’appuie sur la circulation des énergies en soi et avec son/sa partenaire, il est décrit, pour un couple hétéro, un sens de circulation.

L’homme serait émissif (Yang) depuis son organe sexuel (lingam) et réceptif (Yin) au niveau de son cœur.
La femme serait émissive (Yang) depuis son cœur et réceptive (Yin) depuis son sexe (Yoni).

Cela pouvant permettre de créer une boucle énergétique ayant ce sens « classique » de circulation.

Je souhaite cependant attirer votre attention sur le fait que ce ne doit en aucun cas être vu comme un objectif à atteindre.

Je vous partage mon vécu durant un très beau stage sur la sexualité sacrée créé et animé par Ishvari Mélanie auquel j’ai participé en 2019.

Durant une pratique, j’ai pu me retrouver face, à tour de rôle, aux femmes du groupe. Me reliant à elles à distance, laissant l’énergie circuler. Mon constat a été sans appel: l’énergie pouvait tourner dans un sens ou dans l’autre en moi, entre nous!

De mon interprétation, mon expérience, à travers des exercices durant les stages hommes, je constate que le sens varie suivant la polarité dominante de l’être.
En effet, l’être le plus dans son masculin (faire/émettre/Yang) rayonne depuis son « organe d’amour » (merci Deva Broncy pour cette délicieuse appellation) tandis que l’être le plus dans son féminin (imaginer/recevoir/yin) rayonne depuis son cœur.

Aujourd’hui, je m’amuse, quand je suis avec ma partenaire, à être plus ou moins Yin ou Yang. Je joue à la balançoire des énergies, un jeu à deux, un jeu divin. Quand elle rentre dans le jeu, la Vague se met en place et nos énergies s’élèvent vers d’autres espaces, cosmiques, divins!

Vivez vous des constats similaires aux miens?
Vous posez vous des questions sur la manière de ressentir l’énergie ?

Je suis ouvert à toutes vos questions, commentaires.

04/02/2024
Eric de Mains Tenant
New Delhi, Inde